Les chercheurs, survivants, défenseurs et médecins se rassemblent pour débattre des innovations en matière de recherche, traitement et lutte contre le cancer du poumon lors de la plus grande Conférence mondiale sur le cancer du poumon.

TORONTO, 26 sept. 2018 (GLOBE NEWSWIRE) -- Des patients, survivants et défenseurs se sont joints aux chercheurs et médecins du monde entier pour débattre du futur du cancer du poumon lors de la 19ème Conférence mondiale sur le cancer du poumon (World Conference on Lung Cancer – WCLC) de l’International Association for the Study of Lung Cancer (Association internationale pour l’étude du cancer du poumon) qui s’est tenue à Toronto, au Canada. Le premier point de presse de la conférence a souligné le nombre record de participants inscrits (plus de 7 300), a passé en revue les communautés patients-soignants travaillant pour accélérer la recherche, a analysé les données d’enquête concernant les besoins émotionnels des survivants du cancer du poumon et a fait ressortir l’impact d’un profilage génomique complet sur les soins aux patients.

La conférence de presse a commencé par un message de bienvenue de la part des co-présidents de la conférence Natasha B. Leighl, M.D., BSc, MSc ; Andrea Bezjak, M.D., FRCPC, MSc et Gail Darling M.D., FRCSC, qui ont travaillé sans relâche pour faire de la conférence de cette année à Toronto une belle réussite.

Des communautés patients-soignants axées sur l’oncogène créent un nouveau paradigme pour la recherche sur le cancer du poumon non à petites cellules

Un examen récent des communautés patients-soignants se consacrant au cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC) avec modifications génomiques a démontré que ces groupes améliorent les résultats en soutenant les patients et les soignants, en améliorant la prise de conscience et l’éducation et en accélérant la recherche.

La défenseur des droits des patients Janet Freeman-Daily, co-fondatrice de la communauté connue sous le nom de The ROS1ders, Robert C. Doebele, M.D., Ph.D., de la Division d’oncologie médicale de l’Université du Colorado et Christine M. Lovly, M.D., Ph.D., de l’école de médecine de l’université Vanderbilt, ont travaillé ensemble pour identifier l’impact des groupes de patients axés sur l’oncogène.

« Ces groupes axés sur l’oncogène créés par des patients et des soignants inaugurent une nouvelle ère pour les partenariats de recherche sur le cancer du poumon », a expliqué Janet Freeman-Daily. « En collaborant avec les chercheurs, les médecins, les groupes de défense et le secteur, nous accélérons la recherche sur nos propres maladies. »
Lire le communiqué de presse complet ici.

Des données d’enquête de la Lung Cancer Alliance soulignent les besoins émotionnels non satisfaits des survivants à long terme du cancer du poumon

Des données d’une enquête récente sur des personnes qui ont survécu d’un cancer du poumon ont montré que l’impact émotionnel, à la différence de l’impact physique, est plus problématique pour les survivants à long terme après cinq ans. Maureen Rigney, une assistante sociale clinique qualifiée et Directrice des Initiatives de soutien pour la Lung Cancer Alliance (LCA), et son équipe ont réalisé une enquête en ligne sur le traitement et les antécédents en termes de tabagisme de 820 personnes interrogées.

« Des symptômes tels que l’essoufflement et la fatigue sont juste quelques-uns des effets secondaires qui peuvent se manifester pendant ou après le traitement » a déclaré Maureen Rigney. « Emotionnellement, le stigmate et l’anxiété liés au cancer du poumon ne s’arrêtent pas après la fin du traitement. »

Les symptômes tardifs et à long terme les plus courants comprennent l’essoufflement, la fatigue, une mauvaise mémoire à court terme et l’anxiété. Le taux de survie à long terme de ceux à qui on a diagnostiqué un cancer du poumon continue à augmenter, plaidant en faveur de recherches supplémentaires pour bien comprendre comment soutenir au mieux cette population de patients.
Lire le communiqué de presse complet ici.

Le profilage génomique complet facilite l’identification d’options thérapeutiques personnalisées

Les résultats d’une enquête récente ont prouvé qu’un profilage génomique complet (PGC) est un outil utile dans la détermination des soins donnés aux patients, notamment l’identification de thérapies ciblées et la participation à des essais cliniques.

Kimberly Rohan, infirmière praticienne à l’Edward Cancer Center à Naperville, dans l’Illinois, et son équipe ont effectué une analyse rétrospective sur les résultats du PGC recueillis auprès de 46 patients à qui on a diagnostiqué un cancer, ce qui leur a permis d’identifier 263 modifications dans cette population de patients.

« Nous sommes ravis d’avoir atteint notre objectif, en analysant comment des informations obtenues lors d’un profilage génomique peuvent avoir un impact ou modifier les soins apportés aux patients », a expliqué Kimberly Rohan. « Nos conclusions, allant de 6 à 13 pourcent des patients recommandés pour des essais cliniques, dépassent le taux d’inscription national aux essais cliniques et soulignent une opportunité importante pour les patients en cours de traitement. »
Lire le communiqué de presse complet ici.
Les streaming live des conférences de presse quotidiennes sont disponibles ici.
À propos de la Conférence mondiale sur le cancer du poumon (World Conference on Lung Cancer – WCLC)
La Conférence mondiale sur le cancer du poumon (WCLC) est la plus importante réunion au monde consacrée uniquement au cancer du poumon et autres malignités thoraciques, attirant plus de 7 000 chercheurs, médecins et spécialistes originaires de plus de 100 pays. La conférence couvrira une vaste gamme de disciplines et dévoilera les résultats de travaux de recherche et essais cliniques. Pour plus d’informations, consultez http://wclc2018.iaslc.org/. Suivez la conférence sur les réseaux sociaux avec le hashtag #WCLC2018.
À propos de l’Association internationale pour l’étude du cancer du poumon (International Association for the Study of Lung Cancer – IASLC)
L’Association internationale pour l’étude du cancer du poumon (IASLC) est la seule organisation mondiale entièrement consacrée à l’étude du cancer du poumon et autres malignités thoraciques. Fondée en 1974, l’association compte parmi ses membres plus de 7 500 spécialistes du cancer du poumon toutes disciplines confondues issus de plus de 100 pays, formant un réseau mondial qui travaille ensemble pour vaincre les cancers du poumon et thoraciques dans le monde entier. L’association publie également le Journal of Thoracic Oncology, la principale publication éducative et informative sur des sujets se rapportant à la prévention, la détection, le diagnostic et le traitement de toutes les tumeurs malignes thoraciques. Consultez www.iaslc.org pour plus d’informations. Vous pouvez également suivre l’IASLC sur Twitter, Facebook, LinkedIn et Instagram.

Contacts : 
Lisa Rivero Becky Bunn, MSc
Vice présidente   Responsable des relations publiques
lrivero@jpa.com| +1 617-657-1305Becky.Bunn@IASLC.org | +1 720-254-9509

Ads